Alcoolisme source de diabète par l'insuline

Publié le par santealternative.over-blog.net

Par une résistance hypothalamique à l’insuline

Un lien causal établi entre binge drinking et diabète de type 2

Les individus s’adonnant au "binge drinking" auraient un risque plus élevé de développer le diabète type 2. Une étude établit maintenant le lien causal chez le rat: une exposition à l’alcool simulant le binge drinking induit pendant plusieurs jours une insulinorésistance dans l’organisme, qui résulte d’une atténuation du signal insuline dans le cerveau. De façon intéressante, cette insulinorésistance peut être prévenue par un inhibiteur de la PTP1B.

DE NOTRE CORRESPONDANTE LE BINGE DRINKING est en hausse chez les adolescents, mais elle est aussi fréquente chez les adultes : 70 % des épisodes de binge drinking aux États-Unis concernent des adultes de plus de 26 ans. La pratique régulière du binge drinking (même une fois par mois) est associée à des conséquences à long terme sur la santé, notamment un risque accru de développer le syndrome métabolique (…)

Le quotidien du médecin Abonnés | 04/02/2013 (599 mots)

L'alcoolisme de forme binge drinking induit une insulinorésistance hypothalamique (atténuation du signal insuline dans le cerveau) chez le rat source de diabète de type II.

L'alcool a deux effets: il est source de glucides stockés dans le foie sous forme de glycogène jusqu'à la cirrhose du foie (source d'hyperglycémie causant une sécrétion d'insuline par le pancréas); il est également antalgique inhibant la sensibilité. Ici l'alcool cause une atténuation du signal insuline dans le cerveau liée à une résistance hypothalamique à l'insuline. Cette insulinorésistance peut être prévenue par un inhibiteur de la PTP1B.

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article