Mésothérapie

Publié le par santealternative.over-blog.net

Sommaire

Qu’est-ce que la mésothérapie...

Les injections

Le champ d’application de...

La mésothérapie, pour quels...

Qui consulter

Qu'est-ce que la mésothérapie ?
La mésothérapie est une technique médicale qui fut mise au point en 1952, par le Docteur Michel Pistor. Elle est basée sur l’administration répétée de doses faibles de médicaments allopathiques (tous les médicaments utilisés en médecine générale, à l’exception des corticoïdes) ou homéopathiques, sur ou dans la peau, là où le trouble ou la douleur sont ressentis.
Ces médicaments administrés localement sur le mal étant beaucoup plus concentrés, les effets sont plus rapides et efficaces. En outre, les actifs ne se diffusent pas dans le reste du corps, ce qui permet de minimiser les effets secondaires ainsi que la toxicité sur les autres organes (notamment le foie et l'estomac). La peau permet une libération progressive du médicament. Le patient profite ainsi pleinement de l’efficacité des médicaments, sans ses effets négatifs.
Les injections

« Peu, rarement, au bon endroit » : telle est la « devise » du Docteur Pistor, reprise par les professionnels de la mésothérapie. Le dosage, la zone d’injection, mais aussi l’expérience du praticien y sont pour beaucoup dans la réussite du traitement.

Il s’agit d’injections locales peu douloureuses, effectuées à l’aide d’un matériel à usage unique, selon une technique « manuelle » (aiguille et seringue) ou « assistée » (injecteur électronique). Ces injections sont plus ou moins profondes (jamais à plus de 10mm) selon le trouble à traiter. Le mélange injecté ne contient jamais plus de 3 produits, ceux-ci étant connus et recommandés par la Société Française de Mésothérapie (SFM). Toutes les mesures d’hygiène (matériel à usage unique, conditions d’asepsie…) sont prises afin d’éviter toute contamination ou apport de micro-organismes.

Le champ d’application de la mésothérapie

A ses débuts, la mésothérapie s’est surtout développée dans la médecine du sport. Cette technique médicale peut cependant être utilisée dans de nombreux cas :

- douleurs de l’arthrose, mal de dos, douleurs rhumatismales,

- névralgies, migraines,

- toutes les pathologies douloureuses, surtout résistantes aux traitements classiques

- stress,

- troubles de la circulation sanguine,

- troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique),

- infections ORL récidivantes (sinusite, rhinite),

- traumatismes sportifs (entorse, tendinite, claquage, contractures),

- certains troubles esthétiques (cellulite, alopécie, relâchement cutané).

La mésothérapie, pour quels patients ?

Il existe plusieurs cas de figure :

- le patient connaît la mésothérapie et préfère en bénéficier plutôt que de prendre des médicaments par voie orale

- le patient suit en parallèle un traitement allopathique et de la mésothérapie. Comme la mésothérapie reste locale, il n’y a pas de risque d’interaction médicamenteuse.

- le patient vient en dernier recours, après échec des traitements de médecine générale

A priori, tous les patients peuvent bénéficier de la mésothérapie. Elle peut toutefois être contrindiquée aux patients qui suivent un traitement par anti-coagulants.

Qui consulter ?

Depuis 2003, la mésothérapie est une spécialité validée par la Sécurité Sociale et l’Ordre des Médecins. La pratique de la mésothérapie nécessite un diplôme interuniversitaire de mésothérapie (DIU), dispensé à l’heure actuelle par 5 universités françaises. Seuls les médecins titulaires de ce diplôme sont reconnus et autorisés à faire rembourser leurs actes de mésothérapie par les caisses primaires d’assurance maladie. La liste officielle de ces médecins est régulièrement mise à jour sur le site de la Société Française de Mésothérapie www.sfmesotherapie.com.

Avant de consulter un mésothérapeute, vérifiez bien qu’il figure sur cette liste.

Julie Martory 24/08/2012

Merci au Docteur Christian Bonnet, mésothérapie en médecine esthétique et médecine générale

Publié dans Médecine officielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article